Le Petit Atelier De Louise | Mais qu’il est gracieux
18827
single,single-post,postid-18827,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.8,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2,vc_responsive
billetAvril2

19 Avr Mais qu’il est gracieux

Je ne sais pas si j’ai été en hibernation pendant quelques mois ou si c’est le fait d’avoir déménagé – non, ça ça ne fonctionne pas puisque cette invasion concerne aussi Paris – j’ai remarqué qu’un mot semble avoir pris le pouvoir dans notre vocabulaire quotidien : « gracieux ».

Je me souviens avoir été très surprise la première fois que j’ai entendu ce mot dans la bouche d’une jeune fille qui s’extasiait sur le sourire du Petit Pois (oui, mon fil a un sourire de tombeur – dixit la mère super objective et super fière de son fils) en s’exclamant : « Mais qu’il est gracieux! ». Et je me disais : euh… oui… enfin je ne sais pas, il n’a pas fait d’arabesques ou de sauts de chat, pour la grâce était presque exclusivement une qualité de danseur… Grosse erreur!!! Je me suis rappelé du sens réel du mot « grâce » : ce qui plaît dans les attitudes, les manières, les discours. Un certain agrément, un certain charme indéfinissable. De quoi gonfler d’orgueil mon petit coeur de maman!
Et puis j’ai entendu ce mot revenir dans des conversations et à propos de sujets aussi divers que la cuisine d’un restaurant, une pâtisserie, un geste de bonté, un livre, une musique ou un paysage…
Même une dame âgée tout à fait charmante de mon immeuble l’emploie régulièrement.
Et moi, je trouve ça très gracieux de retrouver un mot aussi joli dans la bouche des plus jeunes comme des moins jeune pour décrire une chose qu’ils aiment. j’aime le côté délicieusement désuet de ce mot nettement plus élégant qu’un chanmé, canon, top ou blast

goûter au Fumoir, Paris

En Mars, l’Homme, le Petit Pois et moi sommes allés une semaine à Paris pour voir nos amis, famille et tester quelques lieux inspirants pour le projet de l’Homme.
Quel plaisir de retrouver nos amis pour de joyeuses tablées que ce soit chez les uns ou les autres ou même pour un goûter improvisé par un beau dimanche trop gris et trop froid…

L’avantage de quitter Paris, c’est de pouvoir y revenir avec un regard nouveau, avide et curieux.
Avec quelques adresses en tête que je voulais absolument voir, nous en avons profité pour déambuler dans les rues et nous perdre avec délice pour, en fin de compte, découvrir des quartiers que nous n’avions jamais pris le temps de visiter. Il faut bien avouer que souvent, lorsque l’on vit à Paris, on passe d’un lieu à l’autre sans vraiment chercher à en découvrir l’environnement. Par manque de temps, aussi.

La Chocolaterie | Cyril Lignac

Cyril Lignac a ouvert sa Chocolaterie. Et par un heureux hasard, nous sommes allés visiter sa nouvelle boutique – pile en face de la patisserie – le jour même de l’ouverture. Il y avait d’ailleurs plein de blogueuses et journalistes.
Parmi les informations que j’avais reçues, il y avait notamment  la liste des produits imaginés par le chef gourmand. Et au milieu de ces gourmandises, il y avait les tentatrices barres chocolatées. Alors nous nous sommes sacrifiés pour tester pour vous ces gracieusetés.

Je n’ai qu’un mot à dire : Encore!?

Pause gourmande au Café Pinson

Ce jour là, l’Homme et moi avons beaucoup marché. Et il fallait bien faire une pause. Nous avons descendu la rue du Faubourg Poissonnière pour rejoindre le Sentier et avons eu envie de nous poser au calme pour une pause gourmande (bien méritée) au Café Pinson.
Une déco chaleureuse et tendance – je suis presque réconciliée avec le vert- des jus et une cuisine bio, saine et veggie, une ambiance façon ‘je vais déjeuner chez une copine »: tout y est réuni pour que l’on s’y sente bien.

L’Homme, une nouvelle tendance

La Garçonnière

Il semble que l’homme soit le nouveau concept porteur du moment. On voit déjà le nombre de barbiers augmenter de façon exponentielle et les boutiques de supers vélos sans-vitesse-qui coutent-les-deux-bras fleurirent un peu partout en France (les filles, on serait bien mal avisée de juger sachant qu’on s’achète une nouvelle de chaussure sans pour n’importe quelle raison). Nos hommes sont de plus en plus soucieux de leur apparence, certes, mais ils investissent également la cuisine, la salle de bain avec des produits de soin qui leur sont dédiés, et développent un sens aigu de la déco (aujourd’hui, je n’envisage plus une nouvelle couleur ou un achat conséquent dans l’appartement sans avoir l’aval de l’Homme) qu’ils soient bricoleurs ou non.

Ici, c’est une nouvelle adresse dont je vous parlerai très vite que nous avons découvert à la fin de notre journée marathon : La Garçonnière. Un concept-store exclusivement dédié aux mecs (encore que j’y ai essayé une paire de solaire qui me plait vraiment beaucoup… A découvrir d’urgence au 40 rue des Petits Carreaux dans le 2ème.

Pour les kids only…

Centre Commercial Kids

Les parisiens connaissent très bien l’adresse du concept-store super trendy  : Centre Commercial. Cet espace propose des labels avant même d’être des marques qu’elles soient françaises, danoises et anglaises. Des vêtements, des vélos de seconde main, des accessoires, du mobilier… Centre Commerciale défend un certain art de vivre. Il était dont tout naturel pour eux d’ouvrir son petit frère avec le Centre Commercial Kids. Cela faisait très longtemps que je voulais y venir et je n’ai pas été déçue. Les marques qui vont bien, les jeux, quelques pièces de mobilier pile dans la tendance (Bobo Choses, Oeuf NYC, Nobodinoz, Gollnest & Kiesel…), tout est réuni dans un espace lumineux et spacieux  – sans escalier, le cauchemar des mamans en poussette pendant leurs virées shopping!

M’offrir une pause de fille femme

Ismérie

Je n’envisageais de venir à Paris sans passer par l’un de mes salons de coiffure préféré. Dans la droite lignée de ces salons où l’on vous reçoit dans un appartement, Ismérie (la reine de la coupe) et Alex (le roi de la couleur) accueillent chacun de leur client comme s’il faisait parti de la famille. Après un passage dans le 2ème dans un bel appartement complètement refait et qui leur a permis de se faire un nom et de fidéliser leur clientèle, les deux amis ont choisi de s’installer au dernier étage d’un petit immeuble du 11ème dans une allée privée de la rue d’Oberkampf dans un espace plus restreint pour pouvoir se consacrer à tous leurs clients sans devoir une usine. Quand on veut une couleur, on passe forcément entre les mains d’Alex et confier sa coupe à Ismérie ne vous coutera pas plus cher que si vous choisissez l’une de ces collaboratrices…

J’étais venue pour ma couleur – je suis toujours très compliquée et ne sait jamais me décider sur ce que je veux : vous connaissez le coup du « je veux un truc qui change, plus moderne, mais attention pas excentrique non plus, avec mon travail je ne peux pas faire de folie mais quand même, je veux que ce soit différent? –  et Alex qui a un réel sens de l’unique et une extrême bienveillance a encore su me mener exactement là je devais aller. Pas de changement flagrant mais plutôt un retour au naturel et travaillant ma base de brune. Je ne suis décidément pas prête de passer à un blond platine (à moins de passer par la case coupe garçonne… et ça… ce n’est absolument pas envisageable).
Et puis je me suis dit, qui mieux qu’Ismérie pourrait me rendre mon carré court… Cela n’a malheureusement pas été possible faute de temps, mais promis, je reviens vous voir dès que je reviens à Paris! Une vrai parenthèse dans une journée de marathon en solo dans la capitale qui m’a donné une une humeur gracieuse

Je vous embrasse tous très fort!?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire